Happy Few Mag


Tables Paris

EDERN

En lieu et place du Citrus Etoile de Gilles Epié, tout près de l'Arc de Triomphe et des Champs Elysées, EDERN est l'une des meilleures surprises de cette année. Jean-Edern Hurstel vient de créer un complexe d'une grande originalité dans un cadre élégant et raffiné, à la fois restaurant gastronomique sur plusieurs espaces , bar tamisé au sous-sol avec DJ, fumoir aux fauteuils moelleux. Cet ex de Top Chef et ex-Chef du Peninsula Paris dont il a fait l'ouverture donne ici libre cours à sa conception d'un univers à la fois gourmand, chic et festif cassant résolument les codes de la restauration. Le pari est totalement réussi. En entrée nous aimons ces plats à partager « fine tarte/tarama fumé/thon rouge/shiso », « langoustine croustillante/basilic/réduction de pommes », « cœur de saumon d'Ecosse fumé/sauce gravlax, aneth » « sardinette du pays basque/citron confit/cébette/piquillos », pour suivre « cabillaud de ligne vapeur/artichauts poivrade/vadouvan/coquillages », « Black Angus mariné/raviole de panais/raifort », « côte de veau de lait/macaroni/cèpes/échalote grise confite », pour les nostalgiques de la cuisine d'antan la très belle « quenelle de brochet comme à l'Auberge de Floris, hommage à son maître d'apprentissage Claude Legras, beaux desserts de Yann le Douaron  « poire Belle Hélène », « tarte aux pommes, caramel onctueux, glace à la confiture de lait ». Un service de grand allant, un Chef très présent en salle, un pur moment de plaisir.
 
6 rue Arsene Houssaye - Paris 8e - Tél : 01 45 63 88 01
www.edern-restaurant.com

LES TANTES JEANNE

La chanson de Bécaud en hommage aux dames légères de l'histoire de la Butte Montmartre a donné son nom à cette table, clin d'oeil à ce quartier vivant et dynamique évoluant à toute vitesse à l'image du chef kurde surdoué Octave Kasakolu. Dans un univers intimiste à l' ambiance feutrée, le duo Laetitia & Octave fonctionne à merveille, alchimie parfaite entre salle et cuisine. Le Chef est l'un des seuls à proposer une viande de Kobe, mets rare s'il en est, et plus généralement des viandes d'exception qu'il mature à la perfection (entrecôte Black Angus USA, Wagyu d'Australie...) . Mais ce lieu n'est pas qu'un royaume pour les carnivores, chaque produit est minutieusement sélectionné, le travail sur la provenance et la cuisson des légumes est un modèle, Octave joue sur les formes, les textures et les saveurs pour sortir des assiettes tant audacieuses que créatives : « Saint-Jacques de la baie d'Erquy en carpaccio, vinaigrette et sorbet au citron caviar, suprême d'agrumes et herbes automnales », « cèpes bouchon de Bordeaux, ravioles herbacées de cèpes au fromage de brebis » « bœuf wagyu, paleron braisé petits légumes, haricot coco de Paimpol », « ris de veau de cœur servi sur une poêlée de moules Bouchot aux légumes », « turbot de pêche et blonde de Galice, clarification d'arêtes au bœuf de Galice maturée +65jours, condiments os à moelle, céleri branche, ail et gingembre ». Les desserts sont de la même veine inventive : « citron noir d'Iran en tartelette », « pistachier térébinthe d'Antioche ». L'Étoile est une évidence pour ce Maître-Restaurateur depuis 2017, figure incontournable de la gastronomie Montmartroise au sommet.
 
42 rue Veron - Paris 18e - Tél : 01 42 51 14 21
www.lestantesjeanne.fr

JACOPO

Déjà propriétaires de deux enseignes dans l'air du temps, le restaurant-bar à cocktails YEELS et le club mythique LE BARON, Alex Bril et son associé Benjamin Artis poursuivent leur ascension dans le Triangle d'Or avec JACOPO qui porte le nom le nom d'un génie de la peinture italienne Jacopo Bassano. Cette adresse innovante, auparavant ancienne banque puis immeuble de bureaux, devient aujourd'hui un bistrot moderne XXL 100 % parisien. Les deux compères n'ont rien laissé au hasard s'entourant pour la décoration (surprenante) de NB Studio et aux fourneaux du Chef Thibault Sombardier, finaliste de Top Chef, qui rend hommage aux plats d'antan réinterprétés ainsi en entrée les artichauts vinaigrette, escargots, œuf mayo, marbré de poireaux... avant les plats mitonnés cuits devant vous au four à charbon, cassolette de coquillettes, persillé de boeuf Black Angus, cuisse de volaille fermière laquée à la moutarde, blanc de cabillaud, crème d'artichaut barigoule et chantilly de jambon, les desserts rappellent ceux de nos grands mères, baba au rhum, crème brûlée, île flottante, mousse au chocolat tiède (sublime). Mais vous ne quitterez pas Jacopo sans empruntez les larges escaliers en béton vous conduisant dans un sous-sol où l'on se croirait revenu au temps de la Prohibition et sirotez un dernier verre en refaisant le monde qui en a bien besoin !
 
5 bis rue Vernet - Paris 8e - Tél : 01 42 89 20 22
www.jacopo.fr

MAISON BLANCHE

Depuis bientôt 30 ans trône sur le toit du Théâtre des Champs Elysées une adresse spectaculaire, résultat d'une construction architecturale originale, à la vue unique surplombant Paris et ses highlights. Pour cette arrière saison que ce soit sur l'élégante Terrasse Montaigne le long de l'avenue éponyme, sur la petite terrasse confidentielle George V, ou à l'intérieur dans la majestueuse salle élégante et raffinée, le Chef Fabrice Giraud originaire de La Ciotat qui a fait ses classes au Chantecler à Nice et à la Grande Cascade à Paris propose une cuisine ensoleillée aux assiettes raffinées : « foie gras de canard à la Montmorency, pickles de cerise », « risotto de tomates cuites en compotée et parmesan crémeux », « cabillaud à la vapeur, courgettes, beurre blanc aux amandes », « canette poêlée, jus corsé ambré et noix de macadamia, navets et poires rôties », jolies notes sucrées du Chef pâtissier « citron meringué et sablé à l'huile d'olive », « abricot au lait d'amande, pain de Gênes et glace pistache »... Depuis 15 ans Bruno Franck dirige avec maestria ce restaurant qu'il a su faire évoluer en le transformant régulièrement en un lieu où se déroulent événements parisiens, culturels et festifs avec chaque samedi le « Club Montaigne », night-club éphémère qui accueille les beautiful people.
 
15 avenue Montaigne - Paris 8e - Tél : 01 47 23 55 99
www.maison-blanche.fr

L'Escargot 1903

Dans une enclave préservée à quelques encablures des tours de la Défense cet Escargot s'impose désormais comme une Table incontournable au delà du périphérique parisien. Puteaux a fait sa mue et l'arrivée d'Alexandre Léard, habitué des adresses de prestige (L'Abeille au Shangri-La avec Philippe Labbé ou l'Espadon du Ritz avec Nicolas Sale) est l'une des plus jolies surprises de ce premier semestre. Fils d'un jardinier-paysagiste, la terre n'a pas de secret pour lui et il en travaille ses produits avec respect et une grande lisibilité. Toutes les matières premières qu'il utilise dans la réalisation de ses belles assiettes viennent directement des producteurs, Eric Roy le maraîcher ou Sylvain Erhardt pour les asperges, Pascal Migliore l'ostréiculteur... Que vous choisissiez le Menu « Découverte » ou le Menu « Dégustation », que vous préfériez la salle élégante et cosy ou l'une des deux terrasses, vous serez conquis par la grande maîtrise de sa cuisine : « L'Huître de la lagune de Thau tiède, choux caramélisés au curry, soupe de praires », le « foie gras de M.Mitteault mi-cuit, marbré aux algues Nori et contisé à l'anguille fumée », le « bar de l'île d'Yeu meunière, salsifis aux genièvres torréfiés, crémeux noisette », le « ris de veau rôti au sautoir, morlles au jus, crème de ratte à l'ail d'ours », des desserts aériens, « citrus, fin baba chantilly citron vert, jus au rhum zacapa », « chocolat de pure origine Maxique, mousse égère, panna cotta à la poire », De judicieux accords mets-vins, un service jeune, dynamique, souriant et professionnel. Cet Escargot ira très loin et très vite.
 
18 rue Charles-Lorilleux - 92800 Puteaux - Tel. 01 47 75 03 66
www.lescargot1903.com

Café Jamin

Lieu mythique dans lequel Joël Robuchon obtint ses 3 Macarons, l'enseigne JAMIN ne saurait se satisfaire d'approximation culinaire. Avec Hervé Rodriguez aux commandes, la continuité dans l'excellence est assurée. Déjà étoilé au MaSa de Boulogne-Billancourt ce « Manipulateur de Saveurs » investit une deuxième adresse dans cette rue propice à la gastronomie à quelques encablures du Trocadéro. Vouant un culte à la Mère Bourgeois, cuisinière à Priay dans l'Ain, triplement étoilée dans les années 30 et 1ère Diplômée du Club des Cent on retrouve à la carte son chef d'oeuvre : « le Paté chaud sauce aux truffes ». Outre quelques plats qui ont contribué à la grandeur de la cuisine française Hervé Rodriguez a concocté des assiettes d'une rare créativité : « churros de légumes racines , salade de poulpe de roche, pois chiches, pata negra », « filet de merlan de ligne, petit épeautre miso cacahuètes, bouillon réglisse », « tranche de veau cuit tranquille, croûte de champignons, poire, topinambours ». Le Chef Pâtissier propose un festival de délices sucrés dont une mémorable « Ile flottante aux pralines roses ». Un accueil et un service en tous points exemplaire, un salon de 40 couverts privatisable... ce Café Jamin a la tête dans les étoiles.
 
32 rue de Longchamp - Paris 16e - Tél : 01 45 53 00 07
www.cafe-jamin.fr

Fouquet's Barrière

Une nouvelle page s'ouvre pour cet établissement chargé d'histoire entièrement relifté et embelli par Jacques Garcia et dont la Brasserie a été entièrement revisitée. Plaques indiquant les tables préférées de personnalités ayant fréquenté ce haut lieu de la culture française, portraits signés Harcourt habillant les murs de toutes les célébrités qui y avaient leur rond de serviette Piaf, Gabin, Joséphine Baker, Maurice Chevalier, Raimu... la liste est interminable, de la Nouvelle Vague en passant par les « monstres sacrés » Orson Welles, Gene Kelly, Tarantino... on a l'impression d'être dans un musée du 7e Art. Une atmosphère chaleureuse et conviviale sublimée par une carte supervisée par Pierre Gagnaire, tout a été réuni pour en faire un succès. En plein Triangle d'Or parisien entre Champs Elysées et avenue George V c'est l'Adresse où il faut voir et être vu. Le Chef des Cuisines Bruno Gueret maîtrise avec la même veine plats Brasserie et assiettes plus ancrées dans l'air du temps : « tartare de bar et thon rouge », « pince de King Crabe Royal, Bok Choy vapeur, mayonnaise au wasabi», « fish & chips », « sole meunière », « côtes d'agneau grillées, aubergine, polenta verte », « tartare Fouquet's », desserts tout aussi alléchants « clémentine givrée, glace au miel, biscuit de Savoie toasté », « profiterole du Fouquet's »... L'Eternel Fouquet's.
 
99 Champs-Elysees - Paris 8e - Tél : 01 40 69 60 50
www.fouquetsbarriere.com

Mumi

MUMI pour Museum Mile, un hommage appuyé à l’Art sous toutes ses formes, les menus sont dédiés aux peintres des natures mortes du Louvre voisin (Linard, Oudry, Chardy), les fresques du Street Artist Codex Urbanus soulignent l’esprit du prochain musée d’art contemporain de François Pinault dans ce qui fut la Bourse du Commerce et les métiers d’art de la Table ne sont pas oubliés. Thibault Passinge, ancien Manager et Sommelier de Porte 12 frappe un grand coup avec l’ouverture de ce restaurant-musée élégant et convivial à la fois. Il a confié les cuisines à un Chef globe trotter particulièrement inspiré, le grec Angelo Vagiotis né à New-York , « Maquereau/Concombre/sauce Babeurre », « Cabillaud/Beurre blanc pamplemousse/Betterave », « Girolles/Œuf de caille », « Agneau confit 12 h/Brocoli/Pommes de terre de Noirmoutier », « Cardamome/Herbes sauvages/Wasabi ». Pour accompagner ces plats originaux faites confiance à Mathieu Arenas qui saura trouver le verre idoine loin des sentiers battus. Le succès devrait venir tôt couronner cette Adresse différente et attachante.

14 rue Sauval – Paris 1er – Tél : 01 40 26 27 54
www.restaurantmumi.com

Auberge du Moulin Vert

Pourtant proche du quartier animé de Montparnasse on a l’impression d’être dans un coin reculé et bucolique de province lorsqu’on entre dans cette guinguette datant de 1848 au passé célèbre (elle fut fréquentée par Victor Hugo, George Sand, Musset) installée sur le site d’un ancien moulin. Reprise par le dynamique et ultra professionnel jeune restaurateur Garry Dorr, déjà à la tête des 4 « Bar à Huîtres » et des 4 « Grand Bistro ». On doit à Pierre Canot cette renaissance faite d’élégance et de modernité. Un décor chaleureux et original avec de grands arbres dont les branches traversent les verrières, des murs végétaux, des parquets de bois brut, des guirlandes lumineuses, un mobilier contemporain…
En cuisine il a fait appel à Rémi Robert formé chez Vié et ancien Chef de Marius et Jeannette qui propose une carte où poissons, coquillages et crustacés ont la vedette (crabe géant, langouste royale, homard jumbo que l’on peut apercevoir dans de grands viviers) et l’une des plus belles sélections de Paris d’huîtres Grand Cru de Franceen provenance des meilleurs ostréiculteurs de l’Hexagone. Le Menu Moulin Vert à 44 € tout compris (comme dans les autres « Grand Bistrot » de Breteuil, La Muette, XVIIe, Saint-Ferdinand) est un modèle du genre.
Outre les coquillages et crustacés qui tiennent le haut de l’affiche,  les carnivores, loin d’être oubliés se régaleront  avec les  superbes « Burger Charolais »  « tartare de bœuf de l’Aubrac » ou  « magret de canard rôti et linguines au jus de truffe ».
Rien n’arrêtant cet entrepreneur esthète Gary Dorr ouvrira prochainement une grande trattoria Place Clichy : The Little Italy.
 
34 bis rue des Plantes - Paris 14e - Tél : 01 45 39 31 31
www.aumoulinvert.com - www.dorrparis.fr

Hôtel du Nord

Guillaume Manikowski et Stéphane Delacourcelle, deux restaurateurs passionnés ont eu un coup de foudre pour cette Adresse au bord du canal Saint-Martin. C’est ici que fut écrit le roman d’Eugène Dabit qui inspira à Marcel Carné le mythique film « Hôtel du Nord » avec Arletty et Louis Jouvet. Sauvé de la démolition grâce à la mobilisation des riverains et à Arletty, on parvint à sauver sa façade qui fut classée en 1989 aux Monuments Historiques. On pénètre d’abord dans le bistrot parisien avec son comptoir en zinc d’origine où l’on a presque envie de demander une absinthe en attendant Monsieur Louis et Madame Raymonde avant de changer de set et d’entrer dans le restaurant cossu et feutré avec aux murs des photos des monstres du 7e Art. Le Chef Wilfried Graux a une double casquette puisqu’il nous régale également dans l’une de nos autres Tables coups de cœur, Les Chouettes, dans le Haut Marais. Il excelle dans l’art de mettre en avant les produits dans toute leur simplicité et d’amener les classiques au goût du jour. Vous vous mettrez en bouche avec la « salade parisienne, comté, jambon de Paris et moutarde de Meaux » ou le « saumon bio gravlax, betterave fondante et croquante », pour suivre le « cabillaud rôti, artichauts en barigoule et chorizo ibérique », la « volaille noire de Challans, pommes darphin et champignons de Paris », la « noix de veau au romarin, patates douces ». Pour finir « pain perdu et kumquats confits », « dôme au citron croustillant ». Un service jeune et attentionné sous la houlette du directeur Patrice Aroca.
Un lieu unique d’où se dégage une « atmosphère, atmosphère » à nulle autre pareille.

102 Quai de Jemmapes – Paris 10e – Tél : 01 40 40 78 78
www.hoteldunord.org


Restaurant Jacques Faussat

Longtemps cette Table étoilée s'est appelée la Braisière, sa nouvelle enseigne met enfin en vedette ce cuisinier exigeant et passionné en pleine révolution personnelle et professionnelle.
Si le Chef originaire du Gers a pris un coup de jeune, sa cuisine est de plus en plus inventive et, au goût du terroir s'ajoute des notes esthétisantes d'inspiration mexicaine depuis que le Chef a organisé un dîner à quatre mains avec Vincente Etchegaray du restaurant Bakea. Vous ne résisterez pas à l’entrée-phare : « compression de pommes de terre et foie gras, morilles étuvées au vin» ou la « daurade sauvage marinée façon ceviche, asperges vertes » pour suivre les « langoustines snackées et boudin noir en croustillant », « l’épaule d’agneau des Pyrénées rôtie » ou la « caille fermière du Gers façon ortolan ». Il faut garder une place à la fois pour le fromage et pour le dessert : « fromage monté Coulommiers/Bleu d’Auvergne/Gorgonzola », surprenant « soufflé chaud à la figue de Barbarie, jus Tequila » ou clin d’œil du Chef à sa région natale « croustade légère du pays gascon ». Un service d’une grande gentillesse et pour magnifier ces agapes un décor rajeuni, cosy et raffiné ainsi qu’une nouvelle salle totalement indépendante, discrète et privatisable.

54 rue Cardinet – Paris 17e – Tél : 01 47 63 40 37
www.jacquesfaussat.com


Le Duc

A deux pas des ateliers de Dali et de César, un rendez-vous incontournable des amateurs de poissons et de fruits de mer depuis 1967. Créé par le regretté Jean Minchelli, son épouse a su maintenir cette adresse au sommet, Le Duc vogue plus que jamais dans le peloton de tête des plus grandes tables de la mer. Pascal Hélard a repris le flambeau il y a de nombreuses années et avec sa brigade il est le chantre d’une modernité culinaire faisant de la simplicité sa spécificité. Car ici le produit est roi et la carte varie en fonction des arrivages journaliers liés aux marées et aux saisons. Le décor signé Slavik est d’un chic intemporel, on se croirait dans une cabine de yacht. Vous vous attablerez à table ou au comptoir pour déguster en entrée les superbes poissons crus (c’est ici qu’ils furent servis pour la 1re fois à Paris), les coquillages et crustacés sortis du banc de l’écailler ou superbement travaillés comme ces « palourdes sautées au thym » ou les « queues de langoustines aux douces épices ». Pour suivre les « rougets barbets poêlés à l’huile d’olive », le « bar nature en vessie », les « médaillons de lotte aux endives caramélisées », le homard préparé en fonction de vos désirs, à la nage, sauté à l’orange, sauce corail… Le DUC vient de fêter avec panache ses 50 ans. Ne souffle-t-il pas ici un air de perfection iodée ?

243 Boulevard Raspail – Paris 14e – Tél : 01 43 20 96 30
www.restaurantleduc.com

La Fourchette du Printemps

Si le nom de ce restaurant est trompeur –en effet il ne s’agit en rien d’une énième table chinoise- l’assiette en revanche est bien réelle et déborde de finesse et de recherche. Exécutée par Nicolas Mouton, Etoilé Michelin, formé au Bristol et au Crillon, sa cuisine est au top. Chaque mois, au gré des saisons et de ses envies, il concocte des plats d’auteur parfaitement maîtrisés. L’inventivité est omniprésente et son menu-dégustation un modèle du genre. Parmi les propositions de la carte nous nous sommes laissés tentés par quelques plats-signature : « Œuf Parfait, ragoût de pieds de porc, escargots, cacahuètes, ail et persil », « sole fourrée duxelles de champignons, opalines de pommes de terre et jus de crevettes grises », « joue de bœuf confites, pomme de terre épicée, compotée d’oignons, julienne d’échalotes et marjolaine », « sphère pistaches et griottes ». Une cuisine authentique et gastronomique servie dans un cadre élégant et discret, tout ce que nous aimons.

30 rue du Printemps - Paris 17e - Tél : 01 42 27 26 97
www.lafourchetteduprintemps.com

Jaïs

Les frères Mimoun, Jaïs en cuisine et Yanice en salle, font une entrée remarquée dans l’univers gastronomique parisien. En lieu et place du Petit Thiou, à quelques encablures des Invalides et du Quai d’Orsay, leur restaurant est une belle réussite et ne devrait pas tarder à faire le plein de récompenses. Disciple d’Eric Fréchon, Jaïs, 28 ans, propose une cuisine bistrotière de haut niveau mélangeant plats canailles revisités, produits nobles savamment travaillés. Parmi les propositions qu’il change régulièrement on peut d’ores et déjà annoncer deux ou trois classiques qu’il aura du mal à ôter de la carte : « macaroni farcis à l’artichaut, truffe, foie gras, gratiné d’une Mornay au Parmesan », « rouget garni de caviar d’aubergines dans une fleur de courgette, coulis de poivron jaune » ou les « ris d’agneau rôtis à la poudre de fenouil, petits pois et jus crémé ». En dessert l’ « Omelette Norvégienne » nous a ravis tout comme la « purée de dattes, abricot, fraise, framboise ». Une carte des vins intéressante, un service jeune particulièrement efficace et souriant, une Table coup de cœur.

3 rue Surcouf - Paris 7e - Tél : 01 45 51 98 16

Le Relais du Parc au Renaissance Paris le Parc Trocadéro Hôtel

Entre Trocadéro et Arc de Triomphe une oasis de tranquillité se composant de 4 bâtiments répartis autour d’une terrasse arborée de 1200 m2 interprétée par le paysagiste Philippe Nuez.
Le restaurant avec ses deux salles aux plafonds ornés d’un ancien plan de Paris s’ouvre sur le jardin, véritable » « must » à la belle saison.
Le Chef Stéphane Duchiron a pris ses marques après nous avoir régalés aux Fougères rue Villebois-Mareuil. Liant gastronomie classique et contemporaine il revisite certains plats leur redonnant un nouveau souffle: en entrée, « tarte fine au lard d’Auvergne, cèpes poêlés », « crabe en cannelloni à l’encre de seiche, citrons confits, bouillon de crabe vert», en plats, deux « signatures » : « langoustines croustillantes an cage aux parfums d’Orient, agrumes et bisque corsée », « bœuf Angus, paleron cuit 72 h, haricots verts, échalotes grises nouvelles, jus au raifort ». Jolis accords mets vins, il reste à faire un effort au niveau des desserts. Pour les « petites faims », le « snacking du parc » avec les « coquillettes aux truffes, jambon au torchon et Comté » ou les bien tentants trois minis « burgers de bœuf ». Le G’Bar & Lounge est le 1er Bar à Gin de France avec 30 déclinaisons de Gin, avis aux amateurs éclairés de cet alcool à goût de genièvre..

55/57 avenue Raymond Poincaré - Paris 16e - 01 44 05 66 66
www.renaissanceleparctrocadero.com

Rech

Adrien Rech est le fondateur de cette institution parisienne créée en 1925 et reprise avec succès par Alain Ducasse en 2007. Dans son nouveau cadre élégant et lumineux cette brasserie étoilée est une plongée en pleine mer au cœur de Paris menée par un équipage hors pair. Son Chef tout d’abord, le jeune et hyper doué Damien Leroux formé par les plus Grands, Bruno Cirino à La Turbie, Franck Cerruti au Louis XV à Monaco, le capitaine du vaisseau n’est autre qu’Eric Mercier, qui commente la carte comme un acteur du Français déclamerait son rôle, il donnerait à un anorexique l’envie de goûter toutes les propositions de la carte. Celles-ci bien évidemment font la part belle aux poissons et crustacés, « creuses fines de Prat Ar Coum » « plates Belon, Princesse de Kermancy », « claires de Bouzigues » « salade tiède de poulpe de roche », « carpaccio de mulet aux oursins » « barbue de petit bateau aux morilles » et la spectaculaire « sole épaisse dorée au beurre demi-sel » pour 2 ou 3 personnes, après ce tourbillon de saveurs iodées le « fameux camembert de Rech » et le non moins réputé « éclair XL au chocolat ou à la vanille ». Et vogue le navire.

62 avenue des Ternes - Paris 17e
Tél : 01 45 72 29 47

www.alain-ducasse.com

 

 

Faust

Rive Gauche, sous le pont Alexandre III classé Monument Historique, entre le Grand Palais et l’Assemblée Nationale, Jean-Charles Mathey associé à Addy Bakhtiar a réussi le pari de redonner à Paris une partie du rayonnement apporté par l’Exposition Universelle de 1900 dont le célèbre Pont fut l’un des joyaux. Avec Christophe Langrée venu de l’Hôtel Matignon quand François Fillon lui confia la responsabilité des cuisines, le FAUST est une réussite tant au niveau gourmand qu’architectural. S’étendant sur 500 m2 la salle fait partie du pont et semble toujours avoir été là, la décoration, inspirée par les sociétés secrètes de l’époque qui ont donné son nom au Faust, s’intègre parfaitement que ce soit le bar central provenant d’un ancien palace parisien, l’espace bibliothèque ou la « Table du Chef » attenante à la cuisine. Une carte courte composée avec des produits d’excellente qualité venus des meilleurs fournisseurs « tartare de veau et bœuf, anchois et chou-fleur », « suprême de pintade, tombée d’épinards, gnocchi à la sauge », « homard bleu juste grillé », « tiramisu comme un Saint-Honoré ». On n’ira pas jusqu’à donner son âme au diable mais presque.

Pont Alexandre III – Rive Gauche – Paris 7e – Tél : 01 44 18 60 60
www.faustparis.fr

Café Pouchkine

Né de l’imagination de Pierre Delanoë, chanté par Bécaud, il n’y a jamais eu de Café Pouchkine à Moscou jusqu’en 1999, date à laquelle l’artiste et homme d’affaires avisé Andrey Dellos a décidé de donner vie à la légende. A Paris vient de s’ouvrir entre Café de Flore, Lipp et Deux Magots en plein cœur de Saint-Germain-des-Prés, le 3ème établissement parisien de l’enseigne Café Pouchkine après ceux du Printemps Haussmann et de la Place des Vosges. Dorures et moulures, samovars anciens, lustres Louis XV, gigantesque miroir vénitien, le Café Pouchkine ravit les yeux avant de satisfaire les papilles.
Si les douceurs aux noms subtils, Diadema, Pavlova, Belizna, Vesna… sont les stars du lieu, le salé fait la part belle aux grands classiques de l’héritage russe, bœuf Stroganoff, crabe du Kamtchatka, bortsch, pirojkis…
Andrey Dellos a réussi avec ces envolées sucrées et salées à se faire rencontrer la Seine et la Moskova, la French Touch et l’esprit de la Grande Russie.

155 Bd Saint-Germain - Paris 6e - Tél : 01 42 22 58 44
www.maisondellos.com

Saperlipopette

Un gentil juron comme enseigne tel un pied de nez aux tables traditionnelles pour ce lieu à la mode de 400 m2 conçu sur deux niveaux mêlant fantaisie, convivialité, avec un peps fou. A la fois café, bistro à vins, restaurant, brasserie, lounge bar, terrasse, excusez du peu.Norbert Tarayre, révélé dans Top Chef, est un globe trotter de la cuisine avec plusieurs cordes à son arc, il signe une carte courte, 4 entrées, 6 plats, 4 desserts ce qui garantit des assiettes avec des produits d’une absolue fraîcheur : « terrine de lapin au foie gras », « gambas marinade galanga, chop suey de légumes », « côte de veau sauce moutarde » (parfaite), « cabillaud beurre noisette, spaghetti à l’encre de seiche », « sphère en chocolat, banane, fruit de la passion ». Un menu unique servi dans les cinq ambiances toutes différentes, nous aimons celle de la bibliothèque juste à côté de la cave contenant plus de 600 bouteilles. Un concept nouvelle génération dans un quartier récemment créé et fort réussi de Puteaux à quelques encablures de Paris.

9 place du Théâtre - Puteaux - Tél : 01 41 37 00 00
www.saperlipopette.fr

Hôtel Vernet

L’élégant et discret hôtel Vernet à quelques mètres de l’Etoile a fait peau neuve et le designer François Champsaur l’a métamorphosé en lieu ultra contemporain. Il a conservé le patrimoine historique, sol en marbre du lobby, ascenseur de verre et la superbe verrière Eiffel qui domine le restaurant V avec au piano le Chef Richard Robe et son équipe. La carte très attrayante est particulièrement réussie. En entrée la « langoustine en fin carpaccio », les « nems de tourteaux », de très beaux poissons pour suivre, « sole simplement cuite Meunière », « lomo de thon croustillant », « risotto carnaroli calamar, encre de seiche » et pour ceux que la marée laisse de marbre, « épaule d’agneau confite », le « filet de bœuf simmental » ou « The V Burger , pur boeuf, cheddar frais, oignons rouges et ventrèche des pyrénéens ». La note sucrée ne dénote en rien puisque les desserts sont signés Ladurée « Tarte Passion Framboises », « Plaisirs sucrés, Dacquoise noisettes, praliné et chocolat lait ».

25 rue Vernet- Paris 8e - Tél : 01 44 31 98 00 www.hotelvernet.com

 

 

 

 

La Méditerranée

Restaurant-La-MediterraneeDepuis 1942 cette Table située face au Théâtre de l'Odéon et à quelques pas du Jardin du Luxembourg est une institution de la vie parisienne. Lieu emblématique, il attire depuis toujours artistes et intellectuels, personnalités de la littérature, de la politique (le Sénat est tout proche), du cinéma, du théâtre, dans un superbe décor signé Christian Bérard et Marcel Vertès, célèbres affichistes et décorateurs.
Restaurant-La-Métiterranée-ParisJean Cocteau en fut l'un des plus fervents habitués et on lui doit la célèbre illustration de la carte. Afin d'être en osmose avec son nom, la cuisine superbement élaborée de Denis Rippa fait la part belle à la Méditerranée et plus généralement aux plus beaux produits de la mer que ce soit huîtres, poissons ou crustacés : « carpaccio de bar sauvage », « supions croustillants », « turbotin sauvage », « daurade royale laquée au miel », « sole de petite pêche », « bouillabaisse de la Méditerranée », quelques plats de viandes pour les carnivores invétérés « tartare de bœuf », « hampe de veau », jolis desserts, service jeune et avenant, La Méditerranée n'est pas prête de se démoder et que ce soit dans la salle principale, en terrasse ou dans les salons privatifs y déjeuner ou y dîner c'est être en phase avec la Ville Lumière : « çà c'est Paris ! »

2 place de l'Odéon – Paris 6ème –Tél : 01 43 26 02 30 – www.lamediterranee.com

Le 68 Guy Martin

Le-68-Guy-Martin-RestaurantGuy Martin, le Chef doublement étoilé en son célèbre Grand Véfour au Palais Royal, investit une autre institution française : GUERLAIN sur les Champs Elysées. Dans le sous sol lumineux de ce bâtiment classé de 4 étages qui abrite la Maison centenaire, l'architecte designer américain Peter Marino a réalisé un écrin de luxe et de sérénité dans lequel parfums et saveurs se répondent. Tables en résine aux motifs colorés, murs aux reflets dorés, nous sommes ici dans la plus pure tradition du bon goût à la française. Et pour cette cuisine de parfums le « nez » gastronome Guy Martin intègre l'esprit des grands classiques du « nez » parfumeur Maison Thierry Wasser dans des compositions parfaitement élaborées: « carpaccio de Saint-Jacques, betteraves, crème acidulée et citron-caviar », « cabillaud en petite robe noire réglissée, panais fondants » « foie gras à la vanille de Madagascar en feuilleté, champignons pieds bleus acidulés et fruits de la passion », même les desserts font un clin d'œil aux célèbres fragrances de Guerlain comme ce « macaron des jardins de Shalimar ». Seuls les vins et champagnes du Groupe LVMH ont droit de cité et on ne saurait s'en plaindre : Dom Pérignon, Ruinart, Château Cheval Blanc, Château d'Yquem et quelques beaux flacons de Nouvelle Zélande à des prix plus abordables. Une Adresse très parisienne du breakfast au dîner.

68 avenue des Champs Elysées – Paris 8ème– Tél : 01 45 62 54 10 – www.le68guymartin.com

Le Petit Pergolèse

Restaurant - Le Petit Pergolèse © Davide LeggioNe vous trompez surtout pas en arrivant rue Pergolèse, c’est au 38 qu’il faut entrer dans le restaurant-galerie d’Albert Corre. Passionné d’art contemporain, aubergiste au grand cœur, il règne depuis une quinzaine d’années sur cette institution gastronomique du 16èmearrondissement. Dans ce musée gourmand entre Porte Maillot et avenue Foch vous déjeunerez ou dînerez en compagnie d’œuvres de Warhol, Arman, César, David Lachapelle, Combas, Laurence Jenkell, Bernard Pras… Après les yeux, les papilles. Avec son chef Frédéric Lagrange il propose une cuisine traditionnelle basée sur des produits d’une qualité irréprochable. Tous les jours des suggestions gourmandes viennent agrémenter la carte : « salade de homard tiède », « fraîcheur de tourteau et guacamole », « goujonnettes de sole », « fricassée de ris de veau aux pleurotes », « Tartare Petit Pergo », superbe « camembert affiné à la truffe » et desserts tout aussi alléchants « baba au Rhum Bally », « crème brûlée de Mamie », « mousse chaude au chocolat »…
De très beaux flacons choisis par Albert accompagneront ces agapes, régulièrement des soirées-événements comme les « soirées tropéziennes » avec Château Minuty à volonté.
Un moment convivial rare.

38 rue Pergolèse – Paris 16ème –Tél : 01 45 00 23 66 – web.lepetitpergolese

Le Bar de l'Entracte

Bar-de-L-Entracte-Toit-de-Paris-08-RestaurantL'Hôtel Montaigne vient de subir un lifting complet et le mythique Bar des Théâtres est devenu Le Bar de l'Entracte, nouvelle brasserie de luxe au cœur du Triangle d'Or. Pierre-Yves Rochon a totalement repensé ce palace de poche abritant en son sein ce restaurant élégant dont on va beaucoup parler. Damien, figure de la restauration parisienne, dirige avec maestria et humour ce repaire de l'art de vivre face au Théâtre des Champs Elysées. Intime et chaleureux, le Bar de l'Entracte est ouvert du petit déjeuner au dîner. On peut y déguster une carte joliment élaborée, « King crabe aux aromates », « thon mi-cuit croûte de sésame » en entrée, « cabillaud vapeur au gingembre » ou l'incontournable « Tigre qui pleure Thiou » pour les carnivores, vous terminerez par la « panna cotta aux fraises » ou la « tarte aux framboises, thé vert ». Vitrine du bon goût à la française, la clientèle en a d'ores et déjà fait l'une de ses adresses de prédilection sur la fameuse avenue de la Mode et du Luxe.

6 avenue Montaigne – Paris 8ème –Tél : 01 80 97 40 00
www.montaigne-hotel.com

Axuria

Restaurant-Axuria-Paris-15Ce restaurant épuré, élégant, ex Chaumière est désormais le royaume d'Olivier Amestoy, Chef Propriétaire d'origine basque. La décoration contemporaine utilise des matières naturelles basées sur une tendance écologique. Des produits de qualité « Terre et Mer » composent une carte d'une créativité sans cesse renouvelée qui nous a séduits. A commencer par cet amuse-bouche superbe « soupe de poissons façon Gaspacho » puis le « carpaccio de poulpe de roche, pistou de piment vert à la biscaïenne », la « tartine de boudin noir comme à Bayonne », le « thon d'Hendaye, piperade basquaise » et l'incontournable agneau des Pyrénées appelé « Axuria » (qui a donné son nom au restaurant). Généreuse assiette de fromages basques et quelques beaux desserts comme cette « mousse au chocolat, glacée, citron vert et framboises ». L'une de nos adresses favorites dans le 15ème.


54 avenue Félix Faure – Paris 15ème – Tél : 01 45 54 13 91 – www.axuria-restaurant.fr

Goust

Enrico-Bernardo-Goust-Paris-02La nouvelle Adresse d’Enrico Bernardo, Meilleur Sommelier du Monde en 2004, après les Il Vino de Paris et de Courchevel, se niche dans un hôtel particulier Napoléon III dédié à l’art et à la danse, à un entrechat de la Place Vendôme : l’ Elephant Paname. Dans cet écrin de trente-six places on se croirait chez soi dans un décor intime et raffiné. Ici le client décide de son plat et le sommelier du vin idoine qui l’accompagne.

Goust-Enrico-Bernardo-Paris-02



Au piano un jeune Chef espagnol qui a fait ses classes chez les plus grands et qui nous a étourdis de son savoir faire, Jean Manuel Miguel. Le Menu Dégustation « Grand Goust » se composait ce soir là de ces plats superbement enlevés : « Huîtres façon Bloody Mary », « tartare de thon, œuf de mangue, », « gambas et Suquet quinoa », « bar de ligne rôti, spaghetti de courgettes, poulpe grillé, marinière de coques », « selle d’agneau de Lozère, caviar d’aubergines fumées », « ravioles d’ananas, mascarpone au rhum, sorbet mangue ». Un pur régal d’inventivité et de saveurs sublimées.

10 rue Volney – Paris 2ème – Tél : 01 40 15 20 30 www.enricobernardo.com




accueil | art et culture | tourisme | gastronomie | tendance luxe | escapades | happy few | contact | informations légales | crédits