Happy Few Mag


Has Been

 

Pour voir des films dans des conditions optimales évitez les 4 salles UGC MAILLOT où pour « accompagner » la bande son des films projetés on entend régulièrement les bruits assourdissants dus au montage (ou démontage) des décors de la scène du Palais des Congrès. Dernière mauvaise expérience en date, la projection de JULIETA d’Almodovar et le pire c’est que le personnel de la salle est tout à fait au courant. Cerise sur le gâteau, la lumière s’allume bien avant la fin du générique de fin. Motif invoqué par la responsable de la salle ce jour là : « c’est à cause des personnes âgées, pour qu’elles y voient en sortant et qu’il n’y ait pas d’accidents» ! UGC MAILLOT, des salles exclusivement réservées pour des « vieux » malentendants et mal voyants.


–––––––––––––––––––––––

L’une des « perles » de ce 69e Festival de Cannes : Le « discours » ou plutôt le dégueulis de la lauréate Houda Benyamina qui a remporté le Prix de la Caméra d’Or avec son 1er film « Divines ». Discriminatoire à souhait, fait pour attiser les tensions entre sexes et classes sociales, celle qui a osé proclamer « J'arrête pas de dire j'en ai rien à foutre de Cannes à mon producteur depuis le début » (sic) devant un auditoire consterné par tant de vulgarité. Il, a même fallu l’interrompre dans ses « remerciements », car comme il se doit être concis dans son propos demande à la fois culture mais aussi éducation, deux « mamelles » que l’impétrante ignore.
Et n’oublions pas les inénarrables onomatopées qui ont ponctué cette diarrhée verbale.
La soirée de clôture se serait bien passée de cette séquence qui ne fait pas honneur à l’un des plus prestigieux festivals de cinéma au monde.


accueil | art et culture | tourisme | gastronomie | tendance luxe | vip news | happy few | contact | informations légales | crédits